XENOPUS LAEVIS

Auteur: Christophe Cagé

Le droit d'utilisation de la 1er photo m'a été aimablement donné par Xenopus express hompage.
Les deux autres photos m'ont été confiées par Ludovic Didier.



Variété brune, de type sauvage.

Variété Albinos d'élevage.
 


Une photo d'un couple en amplexus,
par William Leonard
Cliquez sur cette photo pour l'agrandir

Habitat Naturel

Les Xenopus laevis appartiennent au genre Xenopus (avec quelques autres, comme Xenopus tropicalis, par exemple), lequel genre appartient lui-même à la très étrange famille des Pipidés.
Les Pipidés sont des espèces purement aquatiques, qui ne sortent jamais de l'eau, même si elles doivent remonter à la surface pour respirer. Les Pipidés sont également totalement dépourvus de langue. On les trouve en Amérique du Sud (Pipa pipa, par exemple) et en Afrique subsaharienne (les Xenopus, Hymenochirus et Pseudohymenochirus).
Ces espèces sont considérées comme primitives.

Les Xenopus vivent dans des étangs et des mares plus ou moins boueuses. Si leur vue n'est donc pas toujours très utile, ils ont développé un bon odorat, une grande sensibilité du touché (les doigts de leurs pattes avant) et une ligne latérale (le long du corps) qui détectent les mouvements de l'eau (et donc de ce qui est dans l'eau). Ils savent aussi s'enterrer (parait-il) dans la terre humide pour estiver durant la saison sèche, si l'étang vient à s'assécher.

En bref, c'est un animal adaptable et résistant.

Les animaux que l'on trouve dans le commerce sont presque toujours des animaux de reproduction. Ils sont de couleur brun-grise (couleur des animaux sauvages), ou albinos (blancs avec des yeux rouges). Cette dernière variété a été développée par les sélectionneurs, et n'existe que très exceptionnellement dans la nature.

Ils peuvent atteindre une douzaine de cm.

Terrarium

Il s'agit en fait d'un aquarium. Il faut prévoir au moins 10 L d'eau par individu. Pour avoir cependant un aquarium intéressant à regarder, et agréable à habiter pour nos pensionnaires, il faut prévoir plus grand (le double). Venant de petites mares, les Xenopus n'aiment pas avoir trop d'eau au-dessus de leur tête. 20 à 30 cm d'eau sont optimal.

Certains les maintiennent cependant dans des bacs plus profonds, et même dans des aquariums d'ensemble, avec des poissons exotiques.
Bien que cela puisse se passer correctement, cette méthode a cependant des inconvénients. Les Xenopus sont en effet connues pour ne pas aimer le brassage des pompes, bulleurs, etc... Elles viennent en effet d'habitats à eau stagnante, et leur ligne latérale semble souffrir de tout ce mouvement. Cela peut finir par les tuer.

Un aquarium spécifique sans filtration (et donc avec des changements d'eau très fréquents, car les Xenopus sont de gros mangeurs et de gros pollueurs) reste donc préférable. En cas de mise en aquarium d'ensemble, il faut pour le moins :

Un couvercle, ou un rebord d'une certaine hauteur, est nécessaire. Le Xenopus s'amusent parfois à se faufiler et à sortir de l'eau.

Il faut éviter les obstacles coupants (roches aux arêtes vives) dans le bac. Les grenouilles sont assez animées, et elles piquent parfois des sprints à travers leur bac. Elles peuvent alors se blesser. Des racines arrondies et pas trop torturées ne posent cependant pas de problème pour la décoration.

Le substrat peut être en n'importe quel sable ou gravier aquariophile non coupant. Les Xenopus sont en effet des animaux vivant sur le fonds, et ingérant souvent le sable. Ils ne faut pas qu'ils puissent se blesser. Certains pensent qu'il ne faut mettre que du gros gravier, pour empêcher toute ingestion. Mais rien dans mon expérience ne me permet de penser que cette ingestion pose un problème en elle-même.

La dureté ou l'acidité de l'eau ne semblent pas des éléments fondamentaux. Sa propreté est par contre essentielle. Il faut donc pratiquer des changements d'eau très importants, de l'ordre de 25 à 50% par semaine (plus si il n'y a pas de filtration).

On peut parfaitement maintenir des Xenopus avec des poissons. Pas trop petits, cependant, car il y a toujours un risque d'ingestion.

On peut maintenir les Xenopus dans un aquarium très planté (c'est ce que je fais). Les plantes ne sont pas dérangées par les grenouilles, et participent au maintien d'une eau de bonne qualité, ce qui est essentiel, on l'a vu.

L'été, on peut parfaitement placer ses Xenopus dans un bassin de jardin (voire le chapitre sur les températures).
Il faut aussi que s'y trouvent les petits animaux sauvages (larves de moustiques, gammares, ...) qui nourriront les Xenopus. Soyez alors très attentifs : il faut impérativement éviter des introductions dans la nature d'espèces étrangères à nos contrées. Elles peuvent déséquilibrer un biotope, en éliminant les espèces locales.

Eclairage

Les Xenopus n'aiment pas trop la lumière. C'est encore plus vrai pour la variété albinos. Si il s'agit d'un bac éclairé (pour les plantes, par exemple), il faudra prévoir des zones d'ombres (plantes flottantes ou à grandes feuilles).
Si les plantes ou l'esthétique comptent peu, on peut parfaitement ne pas éclairer.

Température

Les petites mares originelles des Xenopus peuvent varier très vite de température. Elles contiennent en effet peu d'eau, et on une faible inertie thermique. Elles peuvent se refroidir très vite la nuit, et se réchauffer tout aussi vite. Bien que les Xenopus puissent résister un certain temps à des températures en dessous de 10° ou atteignant 35°, mieux vaut rester entre 17° et 24°.

Nourriture

Tout ce qui est carné et qui est à la taille de la bouche sera accepté : alevins, vers de terre, gammares, daphnies, têtards, morceaux de viande, morceaux de poisson, morceaux de crevettes, granulés à discus, à cichlidés ou à truites, tubifex congelé, et même les restes des poissons (paillettes) dans un aquarium d'ensemble. Sur ce dernier point, je connais au moins un cas d'une grenouille vivant depuis 5 ans exclusivement nourrie à la paillette pour poisson.

Le plus simple est la nourriture morte ou congelée. Les Xenopus habituées à la nourriture vivante doivent d'abord être habituées aux nourritures inertes. Si on nourrit avec du congelé, et qu'on ne veut pas que la nourriture non consommée pourrisse dans un coin, on peut se fabriquer une grande pince (un long morceau de bois, avec une languette en plastique agrafée à un bout. Un bout de cette languette doit rester libre. C'est dessous qu'on coincera les morceaux de viande ou de poissons). On présente alors la nourriture, qui est rapidement consommée. On contrôle alors parfaitement l'alimentation.
Les vers de vase congelés sont aussi bien acceptés.
Personnellement, je met des granulés à Discus comme nourriture principale, toujours au même endroit. Ils ont trouvé le truc en 2 jours, et maintenant, ils y passent régulièrement.

Attention à la variété, pour éviter les carences. Si les granulés sont généralement assez équilibrés (encore qu'étudiés pour les poissons), il n'en va pas de même des autres nourritures, qui doivent donc être régulièrement alternées, sous peine de risques de carences alimentaires.

La nourriture doit être donnée de façon assez abondante, chaque jour. En période de reproduction, il faut être particulièrement généreux. Bien sur, cela n'arrange pas les problèmes de pollution de l'eau, d'ou la nécessité de changements fréquents.

Reproduction

Les Xenopus se reproduisent assez facilement en captivité.

Les mâles et les femelles sont assez facile à sexer, du moins à partir de l'âge adulte. La femelle est très ronde, presque deux fois plus grande, et son orifice cloacal est plus renflé. Le mâle est beaucoup plus maigre, et beaucoup plus petit. Il est également plus bruyant. Son appel (sous l'eau) ressemble à un cliquetis.

Un ou deux couples sont laissés dans un aquarium de 100 à 200 L, à une température d'environ 20°. L'eau doit être calme, très propre, et la nourriture abondante. Les changements d'eau fréquents ne semblent pas les gêner. L'amplexus (lombaire) a généralement lieu la nuit, au calme. Plusieurs centaines d'oeufs, collants, sont expulsés par la mère. Les oeufs sont pondus un par un, et arrosés par le sperme du père au fur et à mesure.

Le développement des têtards est assez rapide. Ils nécessitent une nourriture abondante. Paillettes pour poissons réduites en poudre, plancton de mare ou spiruline peuvent être donnés. Les jeunes ne mangent que des nourritures corpusculaires. La qualité de l'eau est encore plus importante que pour les parents. Les jeunes sont ultra-sensibles. Il faut changer toute l'eau (ou presque) chaque jour, impérativement, sous peine de pertes massives. Un changement automatique au goutte à goutte est donc parfait.

Les parents étant cannibales, il faut séparer ceux-ci de leurs petits.

Dès la transformation en grenouillette, il faut changer de nourriture et donner des petits vers de vase congelés, de la viande moulinée,... La même chose que pour les adultes, en plus petit.

Les jeunes deviennent matures (et peuvent donc se reproduire) vers un an et demi pour la femelle et un an pour le mâle.

Il parait que reproduire les Xenopus dans une mare de jardin à la belle saison est possible (il faut les rentrer l'hiver, sauf semble t'il dans le sud de la France). Il faut que la mare soit assez grande pour fournir les insectes aquatiques formant la nourriture des adultes, mais aussi pour que les têtards échappent à leurs gentils parents.


Têtard de Xenopus.

liens

Merci de signaler de nouveaux liens intéressants ou les liens périmés.

Maladies

E-Mail de personnes maintenant des Xenopus


Retour à la 1er page

Plus de sécurité, plus de fonctionnalités, Firefox est LE meilleur navigateur Web. Téléchargez le !
Firefox, le navigateur de confiance

Contrat Creative Commons
Ce texte est mis à disposition sous un contrat Creative Commons (Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0). Les photos ne sont pas libres de droits.

XHTML 1.0 valide !